Minari 미나리

2016-2020 Film

Minari est un film de Lee Isaac Chung de 2020 en 115 minutes.

Le pitch

Une famille d’immigrants coréens s’installe en Arkansas, à la poursuite du rêve américain. La femme veut vivre dans une vraie ville, le mari veut faire pousser des légumes coréens pour les revendre à d’autres immigrés.

Mes remarques, avec spoiler

On entre de plein pied dans la vie d’une famille qui essaye de conjuguer le bonheur et une aisance économique supérieure à celle qu’elle connaît.

Ma petite entreprise

Comme d’autres, les Yi sont partis à la recherche d’une vie meilleure hors de leur pays. Pour eux, c’est le rêve américain qu’ils attendent de voir se concrétiser.
Ausculter les coucougnettes des poussins n’étant pas leur but ultime en terme d’épanouissement personnel, le mari veut tenter l’agriculture ciblée sur un certain marché: celui des légumes coréens.
Comme toute personne qui monte son business, il va devoir travailler dur et essuyer des revers.

Americano-coréens?

La famille Yi est clairement identifiée comme immigrée, et entre eux ils se parlent en coréen.
Mais par-delà ce point presque de détail, les Yi ont exactement les mêmes problèmes que les autres: avoir un bon boulot, soigner son enfant malade, cohabiter avec sa belle-mère… Ils sont juste Monsieur et Madame Tout-le-monde. La chose qui les différencie le plus, c’est d’être nés ailleurs que là où ils vivent. Mais ça, c’est le cas de beaucoup de gens.
Les Yi ont produit dans leur cellule familiale une mixité entre leur mode de vie avant en Corée, et celui de maintenant aux USA. Ils usent de cette mixité pour la langue, mais aussi pour leur quotidien. Si leur caravane fait très américaine, quand il leur arrive de dormir ensemble à même le sol ou de s’asseoir en tailleur, cela relève plus de leur éducation coréenne.

L’Arkansas

On est au fin-fond de l’Amérique. Les personnes qui vivent autour des Yi sont des gens simples, pour certains un peu bizarres, comme Paul, dont on ne sait d’emblée dire s’il est là pour les aider, pour les tenir à l’oeil ou pour les enfoncer. Le voir se déplacer avec sa croix sur le dos laisse tout de même douter de sa santé mentale.
Certains ont le rire gras et la dentition hasardeuse, et dans une Amérique très pieuse, les Yi trouvent une communauté à l’église.

La grand-mère grossière

Soon-ja est un personnage fort et déterminé. Elle est mal embouchée, elle a des idées bien arrêtées, et clairement certaines bonnes manières lui passent par-dessus. Ce qui ne l’empêche pas d’être très à cheval sur des détails comme les vêtements des enfants.
Sa venue dans la famille apporte à la fois de l’inconfort, surtout pour le mari et le fils, mais est aussi une figure maternelle protectrice. Youn Yuh-jung a reçu plusieurs prix, dont un oscar pour son rôle.

Le cheminement des Yi est une belle peinture de tranche de vie, joliment filmée en tons verts et sépias.

Steven Yeun’s performance is terrific, a multilayered exploration of what it means to chase a dream when reality is sitting right there with you at the dinner table.” (TIME)

Acteurs

Jacob Yi: Steven Yeun
Monica Yi: Han Ye-ri 한예리
David Yi: Alan Kim
Anne Yi: Noel Kate Cho
grand-mère Soon-ja: Youn Yuh-jung 윤여정
Paul: Will Patton

Scénario: Lee Isaac Chung
Réalisation: Lee Isaac Chung

J’ai regardé Minari en 2022 sur Arte VOD.

Plus de Minari sur le net

Sa page sur Wikipedia (en anglais): https://bit.ly/3FLDhTY
Article Cosmopolitan (en français) : https://bit.ly/3DFzipj
Article Deadline (en anglais) : https://bit.ly/3E6lXaU

Son Twitter par A24 https://twitter.com/minarimovie

Interview

OST

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *